Retour sur les nationaux d’Albi : deuxième acte et épilogue (04/07/2010)

Publié le par Run in CAL

08H00, réveil ou pseudo-réveil. La nuit a été plutôt moyenne pour tout le monde, mais c’est déjà du passé : concentration sur l’heure H ! A l’instar de la veille, les premières heures se déroulent sereinement. Seule Line et Jacques sont obligés de trouver le stade dès 11H00 pour se préparer. En attendant, c’est découverte ou redécouverte de la ville puis « bullage » complet auprès de nos deux campeuses pour les autres.

 

12H00, il est temps de prendre le dernier repas avant les épreuves de steeple de l’après-midi. Bien sûr, c’est ce bon vieux Flunch qui accueille la troupe. Mais, encore une fois, pas d’excès, l’heure est à la sobriété pour nos deux athlètes, Pierre-Yves et Séverine, qui voient désespérément Karine s’enfiler une énorme part de gâteau au chocolat ! La revanche sera terrible…

 

12H40, il est grand temps d’aller au stade pour aller voir Line débuter sa finale au lancer de marteau ! 12H50 : c’est parti pour Mlle Schubmehl ! Il fait toujours aussi chaud, voire plus chaud que la veille, ce qui ne semble pas gêner Line qui, en guise de premier essai, améliore sa meilleure marque de la saison de plus de 10 cm avec un lancer à 48,21m. Un signe ? Quelque part oui, car pour son deuxième essai, l’élève de Jacques améliore de près d’un mètre son record de Vendée qui pointe alors à 49,39m. L’heure est un peu à l’euphorie, presque à la plaisanterie du côté des supporters, se disant qu’après tout, la logique voudrait qu’elle lance encore un mètre plus loin à son troisième essai, chose qu’on ne manque pas de lui glisser au moment opportun. La miss esquisse alors un sourire… et s’exécute quelques instants plus tard sur son 3ème jet : 50,25m. Le record de Vendée est pulvérisé pour la seconde fois en l’espace de quelques minutes. Mais ce n’est pas tout. Ce jet, tant attendu depuis plus d’un an maintenant (et Jacques l’avoue), lui permet de se faufiler à la 7ème place du classement provisoire, synonyme certes de trois jets supplémentaires, mais surtout de privilège pour participer aux France Elite à Valence la semaine prochaine. En effet, elles seront sept à disposer de cette chance, les sept premières des nationaux. La tension pour la suite du concours est donc palpable pour la sociétaire de l’ASV car il faut à tout prix faire en sorte de conserver cette place, la 6ème étant a priori inaccessible (> 53m). Line redémarre par un essai manqué, puis termine finalement par deux jets moyens (< 47,50m). Qu’importe, elle boucle son concours avec une très belle place de finaliste et son billet pour lancer auprès du gratin français à Valence ! On note également la grosse performance de la ligérienne Mélanie Viniger (Ena Angers) qui remporte le concours avec un jet à 60,30m.

 

La suite de la journée se poursuit avec toutes les finales, notamment celles de demi-fond où là, contrairement à hier, on a pu voir ce que signifiait « course tactique » en athlétisme. Le plus bel exemple revient aux milers avec un 1500m parti sur les bases de 4’30. Pour ceux qui ne situent pas bien l’allure, il s’agit, à ce niveau, du rythme que les athlètes prendraient au départ d’un 10 bornes, et encore… Bref, comme on peut le deviner, l’emballage fut terrible, et il fallait être très véloce pour gagner, le vainqueur effectuant son dernier 500m en moins de 1’10 (Temps d’arrivée : 4’05) !

 

16H30, ce sont les coureurs et coureuses de steeple qui ont pour tâche de conclure ces championnats nationaux. Les steepleuses s’y emploient de belle manière puisque, malgré la chaleur, les trois premières battent leurs records personnels, dont la vendéenne Sandrine Delestre qui, avec un chrono de 11’07’’46, devient vice-championne de France sur la distance. Séverine, elle, tient bien son rang après une course plutôt régulière en terminant à la 14ème place et avec un chrono de 11’58’’87. Il s’agit, certes, d’un temps un peu moins bon que sa meilleure marque ; mais la température, un peu trop élevée à son goût mais aussi  pour les coureurs de demi-fond en général, a sans doute contribuer à rendre la fin de course difficile pour celle qui, on le rappelle, disputait son premier championnat de France sur piste !

 

Enfin, sur les coups de 16H50, c’est au tour de Pierre-Yves d’entrer en piste sur la même distance. La course part relativement lentement, un groupe assez dense se formant et dans lequel il n’est pas facile de faire sa place. Craignant de se faire distancer par la tête de course, c’est  régulièrement que Pierre-Yves fait l’effort dans la ligne droite opposée pour revenir près des avant-postes… pour à chaque fois, se faire repasser. Mais à 1200m de l’arrivée, contre toute attente, puisque le rythme est loin d’être infernal, le peloton s’allonge. Et, c’est à ce moment là, que Pierre-Yves (PY) finit par s’installer confortablement en position d’attente, juste derrière le premier du peloton. A 700m de la ligne, seconde surprise, le meneur s’écroule complètement, ne laissant pas vraiment le choix à PY d’assumer sa fraîcheur et de passer en tête. Mieux,  il décide carrément de « secouer la cocotier » en relançant la course, enchaînant proprement ses barrières. Le dernier tour de piste se passe sans encombre avec une dernière rivière avalée sans pause d’appui et une dernière ligne droite réalisée en étant bien placé, laissant alors ses adversaires cinq secondes derrière. Le chrono ? 9’12’’87… Pas de record personnel mais une performance très correcte au regard de la physionomie de la course et du cagnard qui fût sans doute le bourreau de plusieurs participants ! Finalement, PY dut attendre les résultats de la finale A pour connaître sa réelle place à ces nationaux. Dans cette dernière finale, également beaucoup de surprises, avec des performances presque indignes pour certain au regard de leur rang actuel. Mais, on note tout de même que cette dernière course, contrairement à la précédente, a démarré sur les chapeaux de roue, chose qui, associée à la cruelle chaleur, a du en assommer plus d’un. PY termine alors ces nationaux avec la 10ème meilleure performance des deux finales confondues…

 

Une page d’athlétisme de plus s’est tournée ce week-end dans la préfecture du Tarn. Après lecture, on a pu voir l’explosion d’une athlète, Line, qui aura décidément fait rêver avec son joli concours, son record de Vendée, sa place de finaliste, et sa qualification pour les France Elite. D’autre part, on a aussi pu remarquer que Séverine et Pierre-Yves arrivent à bien se comporter en championnat. Mais en lisant entre les lignes, on peut peut-être deviner les bonnes performances qui pourront être faites, dans deux semaines à Niort, où on l’espère, les conditions seront plus propices à la réalisation d’un gros chrono…

 

 PS : Pour l’anecdote, la délégation a pris son dernier repas de la semaine dans… un Flunch. Et oui, on ne change pas les bonnes habitudes !

Athlete.jpg

 

Tous les résultats de ces championnats ici.

Commenter cet article

Fabien 05/07/2010 23:51


Ce que je retiens, c'est la bonne forme que les petites luconnais tiennent car par ce temps ils ont du mérite...

Du coté des supporters, l'ambiance avait l'air d'être aux vacaciones!!! :D (vous avez raison, profiter en les amis)


Mickeytte 05/07/2010 22:58


Vraiment, quel beau Week-End!
Trois touristes pour nous "divertir", une météo ensoleillée, une ville superbe à découvrir...j'ai même senti le parfum des vacances à Albi!
Et puis...il y a eu LA Journée. Un grand moment de plaisir sur le concours du marteau, grâce à Line! Et une immense joie de pouvoir courir ce 3000m Steeple...le chrono n'est peut-être pas
excellent, mais cela valait vraiment la peine.


armand 05/07/2010 22:31


Y a pas à dire, ces luconnais là, c'est du costaud. Bravo aux athlètes pour leur performance de très haut niveau, merci aux supporters d'avoir fait le déplacement.


Pi-Why 05/07/2010 21:53


Content d'avoir pu te laisser imaginer au mieux l'évènement ;)


delautrecote 05/07/2010 21:07


moi qui voulait m'acheter un livre pour les vaccances p-y tu m'offre la, toute la lecture revé.

un enorme bisous a vous 3 (et a leurs supporters)

que c'etait beau(j'ai eu l'impression d'y être)

pour l'anecdote:pourquoi allez si loin pour manger au flunch y'en a un chez nous a luçon???)